Sécurité

TÉLÉCHARGER PILOTE JDBC ACCESS

La méthode setPageSize permet de préciser le nombre maximum d’occurrences dans une page. La méthode getType Info permet d’obtenir un ResultSet qui contient la liste des types de données supportés par la base de données et le pilote. L’accès se fait enregistrement par enregistrement. Pour ajouter une nouvelle source de données, il suffit de cliquer sur le bouton « Ajouter Cependant avant la version 3. Il existe quatre types de drivers JDBC cf.

Nom: pilote jdbc access
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 10.79 MBytes

Par exemple, une opération bancaire de transfert de fond d’un compte vers un autre oblige à la réalisation de l’opération de débit sur un compte et de l’opération de crédit sur l’autre compte. Dans ce cas, il faut définir une source de données ODBC sur la base de données et l’utiliser avec le pilote de type 1 fourni en standard avec J2SE. La méthode evaluate acceptant en paramètre un objet de type RowSet est utilisée par l’objet FilteredRowSet lors du parcours de ses occurrences. Bonsoir à toutes et à tous, Après avoir fouillé dans la FAQ et regardé d’anciens posts, je me permets de vous solliciter. L’interface Statement a été enrichie d’une nouvelle méthode nommée getMoreResults. Cette méthode agit sur le jeu de résultats et sur la base de données. Un serveur dédié reçoit les messages par ce protocole et dialogue directement avec la base de données.

Les classes de JDBC version 1. Pour pouvoir utiliser JDBC, il faut un pilote qui est spécifique à la base de données à laquelle on veut accéder.

Ce pilote permet de réaliser l’indépendance de JDBC vis à vis des bases de données. Ce type de driver nécessite aussi l’utilisation de code natif sur le client. Ce type de driver utilise un protocole réseau propriétaire spécifique à une base de données. Un serveur dédié reçoit les messages par ce protocole et dialogue directement avec la base de données. Ce type de driver peut être facilement utilisé par une applet mais dans ce cas le serveur intermédiaire doit obligatoirement être installé sur la machine contenant le serveur web.

Ce type de driver, écrit en java, appelle directement le SGBD par le réseau. Il est fourni par l’éditeur de la base de données. Les drivers se présentent souvent sous forme de fichiers jar dont le chemin doit être ajouté au classpath pour permettre au programme de l’utiliser.

Pour enregistrer une nouvelle base de données, il faut utiliser l’administrateur de source de données ODBC. Pour lancer cette application sous Windows 9x, il faut double-cliquer sur l’icône « ODBC 32bits » dans le panneau de configuration. Le plus simple est de créer une telle source de données en cliquant sur le bouton « Ajouter ». Une boîte de dialogue permet de sélectionner le pilote qui sera utilisé par la source de données. Il suffit de sélectionner le pilote et de cliquer sur « Terminer ».

Dans l’exemple ci-dessous, le pilote sélectionné concerne une base Microsoft Access. Il suffit de saisir les informations nécessaires notamment le nom de la source de données et de sélectionner la base. Un clic sur le bouton « Ok » crée la source de données qui pourra alors être utilisée. Toutes les classes de JDBC sont dans le package java.

Il faut donc l’importer dans tous les programmes devant utiliser JDBC. Il y a 4 classes importantes: Chacune de ces classes dépend de l’instanciation d’un objet de la précédente classe. La connexion à une base de données requiert au préalable le chargement du pilote JDBC qui sera utilisé pour communiquer avec la base de données. Une fabrique permet alors de créer une instance de type Connection qui va encapsuler la connection à la base de données.

Pour se connecter à une base en utilisant un driver spécifique, la documentation du driver fournit le nom de la classe à utiliser. Par exemple, si le nom de la classe est jdbc. DriverXXX, le chargement du driver se fera avec le code suivant:. Il n’est pas nécessaire de créer une instance de cette classe et de l’enregistrer avec le DriverManager car l’appel à Class. La méthode static forName de la classe Class peut lever l’exception java.

  TÉLÉCHARGER EMBRATORIA G6 POUR PC GRATUIT

Pour se connecter à une base de données, il faut instancier un objet de la classe Connection en lui précisant sous forme d’URL la base à accéder. La syntaxe URL peut varier d’un type de base de données à l’autre mais elle est toujours de la forme: Le nom de la base de données doit être celui saisi dans le nom de la source sous ODBC. Le code suivant décrit la création d’une connexion avec un user et un mot de passe:.

A la place de  » myLogin  » ; il faut mettre le nom du user qui se connecte à la base et mettre son mot de passe à la place de « myPassword « . La documentation d’un autre driver indiquera le sous-protocole à utiliser le protocole à mettre derrière jdbc dans l’URL. Une fois la connexion établie, il est possible d’exécuter des ordres SQL. Les objets qui peuvent être utilisés pour obtenir des informations sur la base de données sont:.

Download Microsoft JDBC Driver 6.0 pour SQL Server from Official Microsoft Download Center

Les requêtes d’interrogation SQL sont exécutées avec les méthodes d’un objet Statement que l’on obtient à partir d’un objet Connection. Un objet de la classe Statement permet d’envoyer des requêtes SQL à la base. La création d’un objet Statement s’effectue à partir d’une instance de la classe Connection:. Pour des traitements de mise à jour, il faut utiliser la méthode executeUpdate. Lors de l’appel à la méthode d’exécution, il est nécessaire de lui fournir en paramètre la requête SQL sous forme de chaine.

Le résultat d’une requête d’interrogation est renvoyé dans un objet de la classe ResultSet par la méthode executeQuery. La méthode executeUpdate retourne le nombre d’enregistrements qui ont été mis à jour. Si la méthode retourne 0, cela peut signifier deux choses: Il n’est pas nécessaire de définir un objet Statement pour chaque ordre SQL: C’est une classe qui représente une abstraction d’une table qui se compose de plusieurs enregistrements constitués de colonnes qui contiennent les données.

La méthode getMetaData retourne un objet de la classe ResultSetMetaData qui permet d’obtenir des informations sur le résultat de la requête.

Ainsi, le nombre de colonnes peut être obtenu grâce à la méthode getColumnCount de cet objet. La méthode next déplace le curseur sur le prochain enregistrement. Le curseur pointe initialement juste avant le premier enregistrement: Elle retourne false lorsqu’il n’y a plus d’enregistrement. Il faut toujours protéger le parcours d’une table dans un bloc de capture d’exception.

Il existe deux formes de ces méthodes: Pilotw première méthode est plus efficace mais peut générer plus d’erreurs à l’exécution notamment si la structure de la table évolue.

L’API JDBC propose plusieurs interfaces pour permettre d’obtenir des dynamiquement des informations concernant les métadonnées sur la base de données ou sur un ResultSet. Cet objet permet de connaître le nombre, le nom et le type accfss colonnes.

Un objet de la classe DatabaseMetaData permet d’obtenir des informations sur la base de données dans son ensemble: L’interface PreparedStatement définit les méthodes pour un objet qui va encapsuler une requête précompilée. Ce type de requête est particulièrement adapté pour une exécution répétée d’une même requête avec des paramètres différents. Lors de l’utilisation d’un objet de type PreparedStatement, la requête est envoyée au moteur de la piloge de données pour que celui-ci prépare son exécution.

Un objet qui implémente l’interface PreparedStatement est obtenu en utilisant la méthode preparedStatement d’un objet de type Connection. accees

Installer le pilote JDBC

Cette méthode attend en paramètre une chaîne de caractères contenant la requête SQL. Dans cette chaîne, chaque paramètre est représenté par un caractère?. Le premier paramètre de ces méthodes précise le numéro du paramètre jbc la méthode va fournir la valeur. Le second paramètre précise cette valeur. Pour exécuter la requête, l’interface PreparedStatement propose deux méthodes:.

  TÉLÉCHARGER EVIEWS 8 GRATUITEMENT GRATUITEMENT

JDBC / MS Access.

Une transaction permet de ne valider un ensemble de traitements sur la base de données que s’ils se sont tous effectués correctement. Par exemple, une opération bancaire de transfert de fond d’un compte vers un autre oblige à la réalisation de l’opération de débit sur un compte et de l’opération de crédit sur l’autre compte. La réalisation d’une seule de ces opérations laisserait les données de la base dans un état inconsistant. Une transaction est un mécanisme qui permet donc de s’assurer que toutes pulote opérations qui la compose seront réellement effectuées.

Une transaction est gérée à partir de l’objet Connection.

pilote jdbc access

Par défaut, une connexion est en mode auto-commit. Dans ce mode, chaque opération est validée unitairement, chacune dans sa propre transaction. Pour pouvoir rassembler plusieurs traitements dans une transaction, il jcbc tout d’abord désactiver le mode auto-commit. La classe Connection possède la méthode setAutoCommit qui attend un booléen qui précise le mode de fonctionnement. Une fois le mode auto-commit désactivé, un appel à la méthode commit de la classe Connection permet de valider la transaction courante.

L’appel à cette méthode valide la transaction courante et créé implicitement une nouvelle transaction. Si une anomalie intervient durant la transaction, il est possible de faire un retour en arrière pour revenir à la situation de la base de données au début de la transaction en appelant la méthode rollback de la classe Connection.

pilote jdbc access

L’interface CallableStatement définit les méthodes pour un objet qui va permettre d’appeler une procédure stockée. Cette méthode attend en paramètre une chaîne de caractères contenant la chaîne d’appel de la procédure stockée.

JDBC – Les types de pilotes

L’appel d’une procédure étant particulier à chaque base de données supportant une telle fonctionnalité, JDBC propose une syntaxe unifiée qui sera transcrite par le pilote en un appel natif à la base de données. Cette syntaxe peut prendre plusieurs formes:. JDBC permet de connaitre les avertissements et les exceptions générées par la base de données lors de l’exécution de requête.

La classe SQLException représente les erreurs émises par la base de données. Elle contient trois attributs qui permettent de préciser l’erreur:. La classe SQLException possède jdbd méthode getNextException qui permet d’obtenir les autres exceptions levées durant la requête.

La méthode renvoie null une fois la dernière exception renvoyée. Cette nouvelle version apporte plusieurs fonctionnalités très intéressantes dont les principales sont:. Les possibilités de l’objet ResultSet dans la version 1.

Il est aussi accesx de préciser si le ResultSet peut être mise à jour ou non:. C’est à la création d’un objet de type Statement qu’il faut préciser ces deux modes. Si ces deux modes ne sont pas précisés, ce sont les caractéristiques de la version 1.

Le support de ces fonctionnalités est optionnel pour un pilote. L’objet DatabaseMetadata possède la méthode supportsResultSetType qui attend en paramètre une constante qui pipote une caractéristique: A la création du ResultSet, le curseur est positionné avant la première occurrence à traiter. Pour se déplacer dans l’ensemble des occurrences, il y a toujours la méthode next pour se déplacer sur le suivant mais aussi plusieurs autres méthodes pour permettre le parcours des occurrences en fonctions du mode utilisé dont les principales sont:.

Durant le parcours d’un ResultSet, il est possible d’effectuer des mises à jour sur la ligne courante du curseur. Pour cela, il faut déclarer l’objet ResultSet comme acceptant les mises à jour.